Tag: mood (page 1 of 2)

Où je parle de John Lennon, de minitel et d’un gros engin. Et surtout d’hommage.

1971 : John Lennon sort Imagine, la Grande Bretagne rejoint le marché commun, Eddy Merckx gagne son 3ème Tour de France. Mon grand-père Jean a 53 ans et plante « La Loge » en pinot noir. Mon père a 20 ans (et pas encore sa moustache).

1972 : les Nations Unies organisent leur 1ère conférence sur l’environnement, Michel Polnareff chante « On ira tous au paradis » et Stanley Kubrick sort Orange Mécanique. Mon grand-père plante « Les petits cercets ».

La Loge et les petits Cercets ont connu les années 70 et les fusées Apollo, puis les années 80 et le lancement du Minitel ; les années 90 et les balbutiements d’internet, les années 2000 et le développement du téléphone portable. Elles ont connu mon père sans moustache et quand je suis née, elles avaient déjà 9 et 10 ans, l’âge de la belle vigueur pour une vigne. On pourrait croire qu’elles ont traversé les décennies impassiblement, que les remous du monde ne les ont pas atteintes.

Je ne crois pas. Elles ont vécu au fond de leur être le changement climatique, et tout ce que cela dit sur notre société. Au début des années 70, dans leur petite enfance, la date moyenne de début de vendanges en Champagne était fin septembre. Maintenant, à l’âge de leur retraite, c’est aux alentours du 10/11 septembre. Elles ont aussi connu les gadoues et le désherbage chimique en plein. En 2017, elles n’étaient plus désherbées chimiquement depuis plus de 10 ans. Courant octobre, j’ai fait venir un gros engin sur chenilles avec des griffes pour les arracher. Il le fallait : je pestais contre leurs installations vieillissantes, contre leur vigueur qui déclinait. Et puis ça fait partie de la vie d’une exploitation : il faut régulièrement rajeunir le parcellaire, arracher les vignes âgées pour les remplacer par des jeunes plantes.

Cet arrachage, c’est l’occasion de remettre les choses en perspective – en plus de se remémorer le minitel tout en sifflotant du John Lennon – : j’arrache deux vignes plantées par mon grand-père, deux vignes chargées d’histoire, deux vignes qui ont vécu plus que moi. En 2019, je replanterai la Loge et les petits Cercets. Et très vraisemblablement, je prendrai ma retraite avant elles. Je les ferai grandir, je les cultiverai année après année mais je ne les arracherai pas.

La Loge et les petits Cercets ne sont pas mortes. Leur sol, leur terroir, sont toujours là et vont continuer à s’exprimer, à travers mon travail et ce que la nature nous apportera. L’hommage est surtout pour le travail de mon père et de mon grand-père. Pour donner vie à l’héritage de leur travail,  j’ai vinifié séparément cette année les Petits Cercets. D’ici 3 à 4 ans au moins, la maturité de leurs Pinots Noirs se révèlera dans une cuvée dédiée. Quant à la Loge, ses grappes ont été triées à la main pour élaborer le Bouzy Rouge 2017, très prometteur !

arrachage vigne

L’évanescence de chaque bulle de Champagne contient des années de travail.

 

 

La rentrée des sécateurs et des cartables

Lundi 04 septembre

C’est tranché, c’est la date à laquelle nous commencerons nos vendanges 2017. Date à laquelle notre hordon de cueilleurs découvrira la fraicheur des petits matins champenois et s’élancera dans les routes de vignes avec la motivation des premiers jours. On profitera du lever du soleil et et on appréciera les premières caisses remplies de raisin.

C’est aussi la date de la rentrée scolaire. La nouvelle tenue aura été préparée la veille avec soin,  avant l’ultime vérification du cartable. Lundi matin, juste après le casse-croute des vignes, on se mettra en route pour l’école. On se donnera la main avec des doigts qui collent déjà le raisin, et on ira vers cette nouvelle année scolaire avec un peu d’appréhension et la joie de retrouver les copains.

Le soir, on aura plein de choses à se raconter. Sans doute à propos des caprices de la mise en route du pressoir, de la couleur des agendas des copains, des nouvelles de nos vendangeurs depuis l’année dernière. Il y aura sans doute des livres à couvrir et je jetterai un oeil un peu inquiet sur l’évolution de la météo.

Les sécateurs sont prêts, les seaux, le tracteur, le vendangeoir, la cuverie : tout est prêt, ou presque prêt. Les raisins finissent de murir. Ils ont besoin de soleil maintenant, la pluie n’est vraiment pas nécessaire !

Les cartables sont prêts, mais les enfants profitent encore des vacances avec leurs grands-parents, jusqu’au dernier moment.

Lundi matin, ce sera le top départ pour tout le monde. Cette année, je vous invite à suivre nos vendanges sur Instagram, soit en cliquant sur le lien dans la colonne de droite de cette page, ou en vous rendant sur https://www.instagram.com/champagneplener/ (pas besoin d’avoir un compte).

pinot noir bouzy

Pinot Noir de la Julienne. Superbes !

vendanges champagne bouzy

Chardonnay dans « Les Monts des Tours ». La sauterelle va bientôt s’affoler de tant d’agitation dans les vignes !

Tout est prêt : il manque juste les élèves et les vendangeurs !

Or, palissandre, platine et ….. Champagne !

Les clients du Champagne Plener sont fidèles. Les plus anciens d’entre eux me racontent des anecdotes sur mon grand-père, et ça m’émeut à chaque fois. Le gout pour notre Champagne se transmet de générations en générations, comme mon grand-père et mon père m’ont transmis leur savoir-faire et leur passion. Ce sont de belles histoires, mais surtout, surtout, ce sont des histoires sincères.

L’histoire de Marie et Jean-Pierre, de Biarritz, est parmi les plus touchantes.

Marie et Jean-Pierre s’apprêtent à fêter leurs noces de Platine, 70 ans de mariage. Ils ont commandé pour l’évènement du Champagne Plener avec des étiquettes personnalisées ; tout comme ils l’ont fait en 1997 pour leurs noces d’Or (50 ans de mariage) et en 2012 pour leurs noces de Palissandre (65 ans de mariage) !

C’est une grande fierté de savoir que nous avons accompagné chacune de ces belles occasions. Souvent, quand je remue les bouteilles, je me plais à imaginer le destin de chacune d’elles. Celle-ci va-t-elle arroser une naissance, un bac, un permis ? Celle-là célébrera-t-elle un dîner romantique, un apéritif du vendredi soir ? Je sais maintenant que certaines auront l’honneur d’être sur la table de Marie, Jean-Pierre et leur famille pour fêter leurs noces de Platine. J’adresse toutes mes félicitations et voeux de bonheur à Marie et Jean-Pierre !

Saint Vincent 2017

Saint Vincent est notre Saint Patron, et sa célébration (le 22 janvier) tombait cette année un dimanche, journée sans école. A Bouzy, le thème choisi était donc celui de « la transmission » et la journée a été une vraie réussite pour les enfants (et les parents).

saint vincent champagne

Les enfants étaient habillés en vignerons et vigneronnes pour le défilé

saint vincent bouzy

Le temps était froid mais beau. Le dicton se réalisera-t-il ? « Saint Vincent clair et beau remplit caves et tonneaux ». On veut y croire !

saint vincent champagne

Au programme de la journée : défilé, messe, transmission du baton de Saint Vincent et vin d’honneur.

saint vincent champagne

Après tout ça, il fallait bien un « petit » banquet pour se remettre.

Les promesses de l’aurore du jour le plus court

2016 s’étire sur son crépuscule et l’aube de 2017 approche.

Que cette nouvelle année vous apporte joie, bonheur et santé ! Que vos fêtes soient belles et enjouées !

Même au matin de cette journée la plus courte de l’année, le 21 décembre, le soleil s’élève derrière l’horizon. Chaque jour, même le plus court, voit son soleil se lever et le ciel dévoiler de douces couleurs d’aurore.

La nouvelle année dévoilera ses surprises. On vous les souhaite les meilleures possibles. Notre Champagne sera toujours là pour vous accompagner à célébrer les moments doux et heureux. Notre authenticité vous offrira toujours la meilleure qualité.

vigne champagne bouzy

8h15, au Nonicart

champagne plener

Les couleurs de cette aurore ne sont-elles pas pleines de promesses ?

Rendez-vous le lundi 19 septembre pour les vendanges !

Il a bien raison ce sécateur de profiter du soleil et de la tranquillité. D’ici quelques jours, le lundi 19 septembre précisément, la grande effervescence des vendanges soufflera sur Bouzy. Une étude très sérieuse (pas comme cette photo donc) a calculé qu’un vendangeur donnait 3510 coups de sécateur par jours.

Au bout de nos 8 jours de vendanges, ce sécateur aura donc été actionné 28 080 fois.

La rentrée est chaude

On n’est jamais content n’est-ce pas ? Il pleuvait trop au printemps et on s’en plaignait, il fait trop chaud en cette rentrée, et on se plaint encore. Certes. Mais tout de même, il faut bien avouer que la canicule de fin août a donné un beau gros coup de chaud à nos raisins. On se retrouve maintenant avec des dégâts d’ « échaudage » non négligeables, en particulier dans les rangs de bordure, non protégés par l’ombre portée d’un rang voisin …

Voilà pour la complainte de la rentrée (et vivement ce soir aussi, qu’on sache si les enfants ont passé une première bonne journée à l’école).

Sinon, cette chaleur diurne associée à la fraicheur nocturne conduit nos vignes à murir au galop ces jours-ci. Les prévisions de date de vendanges s’affinent : vers le 19-23 septembre environ, ce sont les sécateurs et les dos des vendangeurs qui chaufferont cette fois !

*****

September is hot

We are always complaining aren’t we? The spring was too rainy and we complained about it, end of August was too hot, and here we go complaining again. True. Somehow, let’s admit that the heatwave of late August gave a big hot shot on our grapes. Now we record significant « scalding » damages, especially in border rows, not protected by the shadow of the nearby row …

That was it for the back-to-work complaint (and also I can’t wait for tonight to know if the children had a good day back to school).

Otherwise, this daytime heat associated with freshness at night led the vineyard to ripen quickly these days. Harvest date forecasts are refined: around September 19-23, secateurs and pickers’backs will be the ones to overheat !

champagne bouzy grand cru

Ce n’est pas faute de l’avoir répété pourtant : au soleil, il faut protéger sa peau et ne pas s’exposer aux heures les plus chaudes. Sinon, coup de soleil ….

Bon, celles-ci sont bien cuites et ce n’est pas partout pareil, heureusement. On compte sur notre équipe de vendangeurs très expérimentés pour faire le tri !

Juillet dans le rétroviseur

Quel été … On court partout et on ne voit pas le temps passer. C’est souvent ce qu’on dit, mais c’est encore pire que d’habitude ! Que s’est-il passé qui nous aie tenu si occupés ? Mais la pluie pardi ! La pluie, toujours un peu trop, toujours au mauvais moment … Et cette pluie nous complique la vie dans les vignes. Le mildiou a atteint le stade « personne-n’a-jamais-vu-ça » (même les plus anciens). L’herbe repousse dès qu’on la coupe, comme pour nous narguer. Le tracteur est de sortie dès que c’est possible (les sols sont détrempés, et à vouloir trop bien faire, on fait mal en tassant).

On laisse donc un mois de juillet éreintant dans le rétroviseur. Et la route qui reste à parcourir jusqu’aux vendanges paraît pour le moins escarpée et cahoteuse …

tracteur vigne champagne

Heureusement que le tracteur ne compte pas ses heures et peut travailler au coucher du soleil. Son imposante ombre portée sur la route m’a fait penser à lui :

on se donne du courage comme on peut!

on se donne du courage comme on peut!

Older posts