Tag: enherbement

Parfois, on se croirait au printemps

La plupart des matins sont très frais. La plupart des journées sont grises. Les nuages et le vent ne se font pas oublier.

Mais parfois, comme ce matin dans la parcelle des « Cercets » pour l’ébourgeonnage, on se croirait au printemps (mais ça n’a pas duré 😉 )

champagne plener bouzy

Mornings are often chilly, days are often cold, windy and cloudy. But today, it felt like spring when I was disbudding at the plot called « Les Cercets » !

enherbement champagne

But the spring feeling did not last long …

ça pousse !

vigne enherbée champagne

La Brousse, injustement pas assez en photo sur ce site. Elle le mérite pourtant !

Bourgeon de chardonnay, déjà bien sorti !

Bourgeon de chardonnay, déjà bien sorti !

Notre nouveau joujou

On a un super nouveau joujou sur le tracteur, le Père Noël est passé bien en avance, car le Père-Noël voulait du vert dans les vignes. Il nous a donc apporté de jolies tondeuses à monter sous le tracteur. Elles nous permettent de tondre l’inter-rang rapidement et à peu près facilement (à peu près, parce qu’il nous faut le temps de prendre l’outil en main, et on avoue qu’on a fait un peu de casse …).

 

champagne plener

La tondeuse, rutilante car toute neuve.

champagne plener

AVANT (aux Crans)

champagne plener

APRES (avec un nuage en bonus)

 

*****

Our new toy

Santa came earlier for us : surely he wanted to see a greener vineyard, so he brought us brand new mower (to put on the tractor). We can now cut the grass between lines quickly and quite easily (« quite » because we have to get used to the new toy). Using the mower = less products in the vineyard.

Les zébrures du Nonicart

Souvenez-vous, le Nonicart est cette vigne au point de vue certes magnifique, mais à la pente parfois problématique. Le pâturin a bien poussé, il nous fallait désormais nous occuper des écorces.

C’est chose faite : on a fait poser des écorces de feuillus dans les rangs de passage du tracteur. Pas de glissade, pas d’érosion, voilà le Nonicart paré pour affronter le ruissellement des eaux de pluie pour quelques années.

De loin, ces rangs à écorces dessinent des zébrures au Nonicart. On repère notre zèbre de loin !

Vignes bouzy plener

Les zébrures vues de près

champagne bouzy

Bouzy, au pied du coteau

*****

Our zebra vineyard

Remember : the Nonicart is this very nice view point on top of the hill, but with a tricky slope. The grass grew well, but we still had to spread the barks.

It’s done : hardwood barks were spread in the tractor’s lines. No slipping, no erosion : Nonicart is ready to handle the running rain waters for some years now.

We can watch our zebra vineyard from far away with the black lines designed by the barks !

On va faire les plous

Vendredi, on va faire les plous.

Les quoi ???

Les plous !

En dialecte champenois (tellement pointu, qu’on pourrait même parler de dialecte « plenerien »), un « plou » est une touffe d’herbe. Après avoir passé les demi-cœurs et décollé assez d’herbe pour refaire la pelouse du Stade de Reims, il était nécessaire de renouveler l’opération. On a passé les disques aujourd’hui, mais il reste des plous : il reste des touffes d’herbe collées contre les pieds de vigne.

Donc vendredi, on prend nos raclettes, nos petits bras, et on y va, on s’attaque aux plous !

PS : bienvenue sur notre nouveau site !

PPS : c’est pour qui les ampoules aux mains vendredi soir ?

 

vignes plener bouzy

Un beau spécimen de plou

 

*****

Let’s do the « plou »

Let’s do the what ???

The « plou » ! In local dialect (so local that only a pair of winegrowers from Bouzy might have heard this word once) a « plou » is a kind of tuft of grass stuck against a vine stock. A few days ago, we passed the plough and pulled out enough grass to make a brand new lawn for Reims soccer stadium. It was necessary to plough again, and so did we yesterday. But there are some « plous » left here and there.

So on friday, we’ll take our scrapers, warm up our arms, and attack the « plous » !

PS: welcome on our new website !

PSS : and guess who will have big blisters on the hands on friday evening ?

La pente du Nonicart

Le coteau de Bouzy s’étend sur les flancs de la « Montagne » de Reims. Qui dit montagne, dit pente. Même si elle est petite notre « montagne », elle est pentue. Le Nonicart est une de nos vignes, située tout en haut du coteau, à l’orée du bois. Le point de vue y est magnifique, mais la pente y est raide. Travailler au Nonicart, ça fait mal aux jambes (même si ça fait du bien aux yeux).
Notre problème au Nonicart, c’est l’érosion. Quand il pleut fort, l’eau dévale la pente et abîme la structure du sol.
Pour y remédier, on a pour habitude de laisser les sarments (bois de taille) au sol. Mais on a voulu aller plus loin et on a planté du paturin. Quand il poussera, le paturin limitera l’érosion. Mais le paturin a pour inconvénient de faire glisser le tracteur. On n’a donc rien semé dans les rangs de passage du tracteur (on y mettra des écorces).

Des graines et un semoir. Jusque là, tout va bien.

Des graines et un semoir. Jusque là, tout va bien.

Et huue, en avant pour grimper la côte !

Et huue, en avant pour grimper la côte !

Notre brouette, dans sa fonction "repose patte". Mais pour profiter de la vue, il faut se tourner !

Notre brouette, dans sa fonction « repose patte ». Mais pour profiter de la vue, il faut se tourner !